La solution NÉGACARBONE

Intérêt du changement de mode de valorisation par combustion externe :
- Coût d'investissement : divisé par 3 du fait de l'absence de prétraitement
- Gain d'énergie auto-consommée par le système de prétraitement et par le surpresseur à gaz (turbines et micro-turbines) :
   + 25% à + 60%
(turbines et micro-turbines) d'énergie en plus
- Temps de fonctionnement : + 1 100 heures par an du fait de l'absence de maintenance sur le prétraitement et de la combustion            externe qui ne nécessite aucun filtre ni vidange soit + 15% d'énergie disponible par an
- Aucun coût de gestion de la redondance de déchets de la maintenance : filtres, huiles etc...
- Aucun risque quand à l'évolution de la réglementation sur le traitement des déchets (huiles, filtres)

- Sécurisation du fonctionnement du fait d'une plage de fonctionnement plus grande de tolérance du taux de CH4 1% à 100% pour les générateurs à combustion externe au lieu de 45 à 100% pour les moteurs à explosion et 30 à 100% pour les turbines et micro-turbines. Permettant de garantir un fonctionnement SANS ALÉAS même en cas de variation brutale de la qualité du CH4.

- Dimensionnement plus petit (40 kW) adapté à 95% des gisements biogaz dans le monde, permettant de fonctionner avec au minimum 4 m3/h de CH4 au lieu de 200 m3/h minimum actuel fixé par le seuil de rentabilité des générateurs à combustion externe.

- Durée de vie de 100 ans pour le générateur à combustion externe contre 7 à 15 ans pour les moteurs à combustion interne

- Doublement du rendement énergétique par la valorisation de l'énergie thermique produite par cogénération ; valorisation rendue possible pour chauffer le méthaniseur, les habitations et des serres du fait d'une petite quantité d'énergie thermique produite en cogénération de proximité (sans transport de l'énergie thermique qui coûte très cher).

- ZÉRO REJETS CO2 : effacement TOTAL des émissions de CO2, y compris post combustion, par l'envoi des fumées dans des serres
suivant le type de gaz traité à l'entrée :

- biogaz agricoles : utilisation des fumées pour le chauffage et l'accélération de la croissance de plantes alimentaires sous serres par l'apport de CO2 qui triplera les rendements agricoles tout en stockant le CO2. Les plants agricoles en fin de vie viendront à leur tour alimenter le méthaniseur : développement d'une économie (perma) circulaire vertueuse.

- biogaz de décharges, méthane d'anciens puits de pétrole, grisou mines : utilisation des fumées pour favoriser la croissance de plantes non comestibles tels que les roses, les arbres etc... 

- Utilisation des digestats (résidus restant dans le méthaniseur) pour fertiliser les sols et améliorer leurs qualités